Micro Poésie

Publié le par Remi Godet

Le printemps

Charmant et discret printemps

Délicat tu viens en apportant

Tes effluves aux couleurs d'argent

La tirade du rossignol, du bruant

La pensée

Jolie pensée au plastron noir

Que fais tu seule au bord de ce trottoir

Cherches tu un compagnon

Afin de bâtir une union

Les messagères

Les fleurs sont un réel bonheur

Aux multiples senteurs

Messagères hautes en couleur

C'est le printemps douceur

Une fleur

Une fleur ne suffit pas à ton bonheur

Elle t'apporte un peu de chaleur

Ranime ta ferveur

Exhale le message du coeur

Le désir

L'ombre d'un profond désir

Pourra n'être que plaisir

A condition de l'entretenir

Si tu peux et sais l'assouvir

Le poéte

Le poète voudrait écrire sa joie

Aux subtils parfums, inonder ses vers

D'amour, conter et garder foi

D'une humanité qui a bien des travers

La pensée

La pensée est une fleur

Qui se cultive dans la douceur

Douce elle inonde ton coeur

Te ravit, t'apporte le bonheur

Le temps

Je me laisse porter par moments

Dans la galaxie de l'espace du temps

Oubliant tracas et tourments

Planant et rêvant du firmament

J'écris

J'écris dans le temps, le néant

Chaque jour je t'écris , mon crayon blanc

Griffonne ma peine, des mots de sang

Des maux enfouis pour longtemps

La coccinelle

Coccinelle toute en couleur

Tu débarrasses la fleur

Du puceron ravageur

Afin qu'elle garde sa splendeur

La bête

​​La bête immonde m'éponge, me ronge

M'emporte doucement, me plonge

Dans un monde de de silençe, du songe

J'entends ta peine, Je m'allonge

Le Crayon

​​Parfois s'égare mon vieux crayon

Enivré de mes vagabondes pensées

De mes rêves chimériques, tourbillon

De mots cachés à peine romancés

Visage

Je lis la tempête dans tes yeux

La furie des éléments déchainés

​Ciel violacé, visage ténébreux

Vague d'écume colère réfrénée

La Paix

Dis moi quand je serai mort

S'il y a la paix chez les hommes

​Dis moi enfin si l'amour est plus fort

​Que la violence n'existe plus chez les hommes

L'ennui

L'ennui est il pire que le chagrin

Qui vous tue doucement, sûrement

Vous enlève l'envie, triste refrain

D'une vie qui s'en va lentement

Coeur de papier

Coeur de papier mâché

Souvent bouleversé

Parfois arraché

Quelquefois renversé

Coeur en chamade

Parti en balade

Coeur tendre et malade

Poesies et micro poésies
Poesies et micro poésiesPoesies et micro poésies
Poesies et micro poésiesPoesies et micro poésies
Poesies et micro poésiesPoesies et micro poésiesPoesies et micro poésies

Poesies et micro poésies

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article