Poésie " La rue des Pendus"

Publié le par Remi Godet

Poésie " La rue des Pendus"
Poésie " La rue des Pendus"

La rue des pendus

Dans la rue des pendus

j'erre nu, me sens perdu

Silence, pas de conciliabule

Dans ce sinistre vestibule

Flotte douçâtre l'odeur

Fétide de la mort, du malheur

Dans la rue des pendus

j'erre nu me sens perdu

Ce qu'ils avaient, on leur a arraché

Leur âme, ils ont été fauchés

N'avaient pas le droit aux idées

Les puissants en avaient décidé

Dans la rue des pendus

j'erre nu, me sens perdu

Silence glacial, silence avant la sentence

Les charognards lorgnent la pitance

Arracherons quelques morceaux

Ne restera bientôt que des lambeaux

Dans la rue des pendus

j'erre nu, me sens perdu

Leur vie était sans importance

Ponctuée de brimades, de souffrances

D'une bien triste existence

Ils n'avaient pourtant pas d'exigences

Dans la rue des pendus

j'erre nu, me sens perdu

Maintenant sans boulot sont les bourreaux

Seuls avec leurs macabres turpitudes

Ils finiront par se pendre aussi aux barreaux

D'une prison faite de leur servitude

Dans la rue des pendus

j'erre nu me sens perdu

Poésie. La rue des pendus
Poésie. La rue des pendus

Poésie. La rue des pendus

Publié dans Poesies

Commenter cet article