Poésie "Les hommes sont..." (acrostiche par Remi dit Pilatom)

Publié le par Remi Godet

Les hommes sont...

Les hommes sont...

Les Hommes sont...

 

L es hommes sont ils tous pareils, vraiment ?

E st ce une métaphore ou un boniment ?

S erait ce une mauvaise image, un dévoiement ?

 

H onni soit qui mal y pense, alors un pressentiment ?

O u des certitudes dans vos coeurs, inconsciemment ?

M éfiez vous mesdames des diatribes lancées imprudemment ! 

M esurez vos élans, votre fougue, bléssées douloureusement

E n souffarnce, vous réagissez parfois différemment

S avoir votre amour grand et rempli de doux sentiments

 

S upportez que l'on vous aime, souvent maladroitement

O ui pas toujours avec tact, ce que vous attendez patiemment

N e voyant rien venir, vous essayez élégamment

T aire vos frustrations, demain sera joyeux, évidemment

 

V ous vous lassez et en avez assez de l'impudent, ses atermoiements

O h c'est décidé, vous allez prendre amant, ce sera son châtiment

S on supplice, vous allez oublier un temps ses errements

 

S ûrement une histoire d'amour va s'annoncer par enchantement

U n épisode avec ou sans lendemain, le désirez follement

J amais vous ne saurez vraiment, éprises ardemment

E ntre le désir charnel, et les blessures qui visiblement

T raversent le corps et le coeur de frissonnements

S équelles d'un bouleversant roman, pas encore l'apaisement

 

F erez vous ce grand saut dans l'inconnu, retrouver le piment

A ttisées par cette soif de l'interdit, perdues carrément

V ouées corps et âme aux démons d'une passion, d'un moment

O h mesdames en garde ! Les hommes sont ils tous pareils, vraiment ?

R isquer de vos ailes brûlées d'une passade, croyant au firmament

I mpossible aventure, est ce bientôt un heureux dénouement

S 'agirait il enfin de l'homme idéal, non d'un coureur de jupons dément

 

D e ces mâles qui n'ont que faire des petites attentions, en rut permanent

E nivrés par le sexe, ils sont aux aguets, traquant la proie patiemment

 

C upides et sots, bien souvent stupides, intelligents très rarement

O nt ils pensé un instant que vous ne pourrez jamais les aimer indéfiniment

N 'ont ils que le charme au dessous de la ceinture et non intellectuellement

V ous vous êtes mesdames souvent posé le questionnement

E t vous le demander ici serait à coup sûr probablement

R idicule, indécent, c'est pourquoi je vous laisse à vos tourments

S achant qu'il vous faut bien un compagnon même momentanement

A moureux et fidèle, et c'est bien là la pierre d'achoppement

T rop vous leur demandez, ou  ne sont ils pas tout bonnement

I ndignes de satisfaire vos envies de posséder, d'avoir cet attachement

O béissants à une vie calme, réglée sans débordements

N 'y voyez pas malice mesdames, les hommes sont des enfants pour longtemps

 

 

 

 

 

 

,

Publié dans Poésies

Commenter cet article