Poèsie " Dédale " par Rémi dit Pilatom

Publié le par Remi Godet

Poèsie " Dédale " par Rémi dit Pilatom

Dédale

 

J' avance claudiquant d'un pas lent

Dans un dédale de pierres disjointes

Ta main m'est précieuse

 

La lumière hésitante d’une bougie

Eclaire subrepticement nos visages

J'y vois comme un espoir

 

Nous marchons dans nos vies

Sur un sol glissant, inquiétant

L'eau ruisselle de murs improbables

 

Ou sommes nous

Je ne nous sais pas

 

Je me sens riche de ne pas savoir

Presque heureux de faire semblant

Hérault de papier mâché  

Créateur, sculpteur, voleur de rêves

Qui ne seront pas

 

Nous avançons le dos courbé

Nos guenilles humides

Pliés sous le fardeau d'un avenir tracé

Qu'il nous faut respecter

 

Marcher, marcher, faire semblant

Evacuer les scories de nos rêves

 

Chemin faisant, nous croisons chimères

Et pauvres hères pressés de rentrer

Au foyer des libertés enchaînées

A l'hôtel des rêves avortés

 

Et cette route qui n'en finit pas

La flamme vacillante de la bougie

Suit le rythme de nos souffles

De nos pas hésitants

 

Tu es là, dis qu'il faut résister

Pourquoi être inquiet

La lumière se fait jour

Le bout du tunnel est proche

 

Il y a tant et tant à faire

Le temps passé, bientôt fatigués 

Ne nous sera pas décompté

Nous ne vieillirons pas comme je l'imaginais

 

Nous partirons ensemble, l'un après l'autre 

Satisfaits d'avoir été marchands des quatre saisons

Fruits, légumes et senteurs d'un jardin d'Eden

Vendeurs bénévoles de bonheur

Loin trop loin de nos faibles moyens

Nous ne pouvions égoïstement tout garder

Nous l'avons bradé, donné sans compter

 

 

                                                               Texte protégé 30/08/2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article