Poèsie " Rêves" par Rémi dit Pilatom

Publié le par Remi Godet

Poèsie " Rêves" par Rémi dit Pilatom

Rêves 

 

Je te rêve, je me transpose

Suis ton amant fou

Tu m'attends secrète

A l'orée d'un bois de hêtres

Dans cette cabane de guingois 

La bien nommée " Plaisirs éternels"

 

Ta beauté m'envoûte

Sans chaussures, peau bronzée

Robe légère échancrée 

Rouge à lèvre assorti

Tu agites tes longs cheveux

 

Tes yeux de velours m'invitent

Vers le jardin des plaisirs

Je t'enlace, liane lascive

Tu te loves, te fais chatte

 

Mes baisers de feu

Alimentent ton foyer déjà brûlant 

Commence alors ce doux et lent

Ce maladroit effeuillage des tes atours

 

Tu n'es pas en reste, et bientôt 

Nos peaux se respirent, se parlent

Se connaissent, s'aiment

Ta bouche s'égare

La mienne est perdue

Tu frissonnes, je ne reconnais plus mes sens

 

J'ai trouvé la poudre philosophale

Dans ton creuset d'amour

Nous partageons secrètement cet élixir 

 

Je t'entraîne sur ce vieux lit grinçant 

Qui accepte sans broncher

Notre première étreinte 

 

Nos corps s'ébattent, se débattent

Puis se calment, entre quelques douceurs

Tes obus se durcissent, restent en alerte

Mobilisés par mes mains câlines

 

A nouveau c'est une nouvelle et folle chevauchée

Ou se mélangent quelques petits rires

L'odeur de sueur des combattants

Des éffluves usées de parfum

 

De légers gémissements par instant

Agrémentent le quotidien de l'alcôve

Qui n'avait pas connu pareille fête

Depuis la nuit des temps 

 

Les caresses agitent nos corps

Ton foyer devient brasier

Nous ne maîtrisons plus nos instincts

Tes reins se soulèvent par spasmes

Avant de céder à toute résistance

 

Puis vint l'hallali, le feu d'artifice final

Des étoiles dans nos yeux révulsés

Nous crions en coeur ce plaisir

De nos émotions partagées

Dans un ultime et royal soubresaut 

 

Les planches de la cabane craquent

Le vieux lit déglingué grince

Nos corps s'apaisent 

Je te regarde, caresse ton visage

Encore un baiser léger 

Mon Dieu faîtes que cette journée

Devienne éternelle

 

Tu dors apaisée, je te regarde

Tu es belle, nue, icône charnelle de mes désirs

Dans ce champ de fringues en bataille

 

❤️💋 Texte protégé💋❤️    25/08/2016

 

Commenter cet article