Poèsie " Adelton " par Rémi dit Pilatom

Publié le par Remi Godet

Journée internationale des droits de l'enfant (Acrostiche)

Journée internationale des droits de l'enfant (Acrostiche)

 

Acrostiche " Journée internationale des droits de l'enfant "

 

 

Adelton enfant des rues

 

J e suis un gamin, un adolescent errant 

O rphelin, petit vagabond des favélas

U n parmi tant d'autres, oublié des puissants

R écoltant cartons et ferrailles pour survivre

N e sachant pas qui je suis , d'où je viens

E n quête d'une maman, d'un père disparus

E nvieux de gamins aux habits trop propres

 

I gnorant la peur, le froid, je marche sur les immondices

N ´ écoutant que ma détermination à trouver pitance

T ravaillant sans relâche pour tenter de survivre

E ssayant de masquer mes envies, ma faim aussi

R epoussant la fatigue qui engourdit mes sens

N octambule parfois, je me confie à la lune, aux étoiles

A stres familiers et protecteurs de ma solitude

T uteurs de mon esprit enfantin, ils me sourient

I gnorants ma condition, ils me sont compagnons

O palescence d'une nuit trop courte déchirée de rixes

N oirceur de cour des miracles, violence des bas fonds

A trocités journalières ponctuées de claquements secs

L ot de règlements de compte dans les ruelles du marigot

E rrant dans ce cloaque, je suis un gosse traîne misère 

 

D éshérité avant de naître, j'apprends vite à me défendre

E spérant un jour devenir professeur, medecin, enfin quelqu' un

S orti des immondices de la terreur, de la misère quotidienne

 

D ésargenté, j'aspire avec force à combattre l'injustice

R enverser l'ordre établi des nantis au ventre débordant

O ublier mes haillons, et crier aux donneurs de leçons 

I mmunisés par leurs promesses d'un monde meilleur

T abellions de circulaires, de textes et de règles non appliquées 

S tatufiant une fois pour toute la loi des riches et la notre

 

D ormez sur votre magot et surtout protégez le à l'abri des regards

E n feignant d'ignorer autour de vos souliers vernis, la souffrance

 

L e monde est ainsi fait, l'homme exploite sa propre progéniture 

E n administrant humiliation et sévices à nous pauvres gamins

N écessiteux au ventre plissé sans pain, sans vergogne, ni remords

F aire et célébrer aujourd'hui notre journée n'est pas assez

A llons  plus loin, le combat devrait être permanent et universel

N ous ne pouvons pas accepter un seul coup de projecteur furtif

T artuferie d'une ignoble maltraitance à travers les siècles

 

  Rémi dit Pilatom pour Adelton enfant des rues

                                               20 Novembre 2016

  

 

 

 

 

 

 

  

 

 

Commenter cet article