Poèsie " Paris 13 Novembre 2015 " par Rémi dit Pilatom

Publié le par Remi Godet

Poèsie " Paris 13 Novembre 2015 " par Rémi dit Pilatom

 

 

Paris 13 Novembre 2015

 

C'était un soir d'automne à Paris

Un treize novembre 2015

Presque un temps de printemps

Touristes et badauds profitaient

De cette douceur automnale

 

Les terrasses d'estaminets remplies

D'une jeunesse insouciante

Cosmopolite, heureuse d'être là

D'échanger banalités, de rire, s'animaient

 

Nous marchions main dans la main

Frôlant les passants sur le trottoir

Profitant des derniers instants

De la clémence de cette jolie soirée 

Je t'offrais un verre en terrasse

C'est là que nous avons échangé 

Un doux et dernier, trop court baiser

 

Le flot et le bruit de la circulation

Furent happés de coups de feu

Claquements soudains, secs par saccades

Dont on ne vit pas l'issue, ni l'origine

Des gens couraient affolés, criaient

D'autres gémissaient, gisaient à terre

 

Je me précipitais pour te protéger

Ne sachant pas, ne sachant plus

Si j'avais peur, perdu dans ce carnage

Nous roulions à terre au milieu des chaises

De tables renversées, de plaintes, de râles

Des enfants apeurés dans les bras de parents

Désorientés, chemise au vent, tachée de l' horreur

 

J'ai essayé de te relever, une douleur à la jambe

Pantalon troué, rougi taché de nos sangs

Tu me regardais les yeux lointains sans aucun geste

Pourquoi toi ? Pourquoi cette infamie, cette tuerie ?

Venue de nulle part, balles aveugles tueuses

D'innocents amoureux d'être, de vivre la fraternité

Le droit à la richesse, de la différence des peuples

 

J'ai pleuré ton départ vers le jardin de la paix

J'ai pleuré les enfants que nous n'aurons pas

Mathieu, Juliette qui ne nous ferons pas vieillir

J'ai pleuré cette soirée ou je voulais demander ta main

Je pleure encore la haine imbécile, la violence

D'ou qu'elle vienne, de quelque façon que ce soit

L'ignorance, l'ignominie, les armes qui tuent

Au hasard, et pourrait il y en avait un d'ailleurs

Je lutte pour que tu ne sois pas partie pour rien

 

C'est un soir d'automne à Paris

Un treize novembre 2015

Presque un temps de printemps

 

 

 

Rémi dit Pilatom Le 13/10/2016

En hommage aux victimes du 13 novembre 2015 à Paris

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article