Poésie "Lou" par Rémi dit Pilatom

Publié le par Remi Godet

Poésie "Lou" par Rémi dit Pilatom

 

Lou

 

Bercée des flots d’Orphée, Lou frôle la note

Son vieux piano pleure, la mort d’Eurydice

Un chagrin d’alcôve, sa triste litote


Reste enfermée, la lie jusqu’au calice

 

Coulent sur les murs, les notes d’arpège

De son innocence, journée pour s’oublier

Joue et continue, chasse ce sortilège

Cheveux tirés, elle est en vieux déshabillé

 

Lou ne pense plus, part dans un grand voyage

Elle étreint sa musique, regard vide

Lui fait l’amour, un dérisoire naufrage

Bradant son corps, aux abimes sordides

 

Elle ne s’appelle plus Lou, mais Eurydice

Mordue par les serpents, de jolies fleurs en main

Pour son Orphée, elle irait au sacrifice

Attendre l’aimé, espérer un lendemain

 

Alors Lou jouera, toute la nuit brûlante

Perdue en enfer, obsédée démoniaque

Elle se voulait fondre, en lui son amante

Rêve fragile, soumise insomniaque

 

Tournant les talons, la nuit se couche

Volets mi-clos, perce un rai de lumière

Le vieux piano abdique, vol d'une mouche

Lou s’endort, elle attend son printemps d'hier

 

 

Rémi dit Pilatom texte protégé 05/02/2017

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article