Poésie " Les blés mûrs " par Rémi dit Pilatom

Publié le par Remi Godet

Poésie " Les blés mûrs " par Rémi dit Pilatom

 

Les blés mûrs

 

Pas plus haut que trois pommes

Il lorgnait déjà les petites mandarines

De sa bonne amie Clémentine

Espiègle, Léo se voulait un homme

 

N'avait d'yeux que pour sa copine

Faut dire qu'elle était belle

A croquer la petite lutine

Et pas du tout rebelle

 

Ils se cachaient dans les blés murs

Là elle lui montrait sa différence

Accompagnée d'un léger murmure

D'une douce brise d'été, de son ignorance

 

Léo en avait le rose aux joues

Montait en lui un désir inconnu

Malgré lui se dressait son joujou

Pensait le moment mal venu

 

Il aurait bien voulu jouer papa, maman

Mais doutait un peu de son propre rôle

Manquant assurément de rudiments

Afin d'être mari, et non un pauvre drôle

 

Les années peu à peu se sont égrenées

En rangeant au grenier les souvenirs

L'âge des amourettes s'étant réfréné

Chacun est parti vers son propre avenir

 

Tous les ans Clémentine et Léo reviennent

Chaque été, les blés mûrs frémissent

C'était hier, eux se souviennent

D'autres s'y cachent, et s'esbaudissent

 

Rémi dit Pilatom texte protégé 20/04/2017

Publié dans Poésies

Commenter cet article