Poésie " Le Temps perdu " par Rémi dit Pilatom

Publié le par Remi Godet

Poésie " Le Temps perdu " par Rémi dit Pilatom

 

Le temps perdu

 

Dans la nuit bleutée

Seul le vol feutré

De quelques oiseaux nocturnes

Vient troubler sa solitude

 

Elle griffonne avec nervosité

Des mots d'encre volatiles

Sur un papier froissé

Celui qu'un soir d'été

Il avait soudain jeté

Dans l'air du temps

Emporté par le vent

Comme une bouteille à la mer

Qu'elle avait trouvé

Par miracle sans doute

Improbable hasard

 

Elle est seule, trop seule

Maison bien grande

Murs épais silencieux

Et cette chambre en chantier

Le vieux portail à remplacer

La fenêtre qui ne ferme pas

Le chien qui la regarde

 

Ecrire cette absence

Se laisser porter

Par l'opium des jours passés

 

Elle se souvient

Du parfum jasmin

Qui aiguise les sens

Paroxysme d'indécence

Insupportable abstinence

L'absence qui foudroie

L'adieu à Byzance

 

Il lui disait : tu es moi

Sentir son souffle léger

Elle lui répondait - la nuit est calme

Devenait fruit de sa passion

Déesse de l'amour tombée

Dans ses serres veloutées

Elle se laissait envoûter

Dans le désir succomber

Par la douceur de ses baisers

 

 

Faisons un bébé, là maintenant

Les jours passent si vite

Sinon il aura honte

De ses parents trop vieux

 

Elle lui avait dit si souvent

Lui répondait en riant

Mais on a bien le temps

 

Depuis il est reparti

Rejoindre son régiment

Loin là-bas où règnent

Misère et terreur

Au Boulevard des horreurs

La haine du temps foutus

 

C'est sûr il reviendra

Un peu plus fatigué

Peut être médaillé ou pas

 

Aura t'il encore la force

Et si le capricieux destin

Accepte de lui donner le temps

De faire un bébé

 

 

Rémi dit Pilatom texte protégé 23/05/2017

Publié dans Poésies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article