poésie " Tendresse " par Rémi dit Pilatom

Publié le par Remi Godet

poésie " Tendresse " par Rémi dit Pilatom

 

 

Tendresse

 

 

Petite rue calme

Aux maisons serrées

De tuiles ou d'ardoise

Au cinquante six

A l'étage, un petit nid sucré

 

Un escalier tourmenté

Qui chante sous les pas

Mène à l'alcôve secrète

 

Je t'attends, fébrile

Le coeur accéléré

La peur de l'absence

 

Dans la chambre

Une odeur de meubles cirés

Se mêle aux senteurs de jasmin

D'un bouquet posé sur un guéridon

 

Je devine, feutrés tes pas

Par la porte entrouverte

Ton visage éclairé

Apporte un rai de lumière

Dans la pénombre

 

Tu apparais, robe noire

Agrémentée d'un collier

De boucles d'oreilles assorties

Chaussée d'escarpins rouge

Comme tes lèvres

Je te vois si belle

 

Le vieux parquet

En craque de plaisir

Tu t'assieds près de moi

Je suis troublé

Par tant de simplicité

Je voudrai parler

Balbutiant, je reste interdit

Deviens soudain muet

 

Tu me souris

Tu prends doucement

Ma main hésitante

En me guidant vers tes interdits

Qui ne seront bientôt plus

 

Je te sens frissonner

Lorsque j'ouvre les derniers

Secrets de ta nudité

Sur une note de violon

L' Oboe concerto de Mozart

Accompagne avec grâce

Mes caresses lutines

Sur ta peau satiné

 

J'aime à voir soudain

Se dresser comme pour

Se défendre tes petits mamelons

Pour un simulacre de combat

Perdu d'avance

Sans résistance, Ils capitulent

 

Tes baisers sont velours

Je goûte le miel de ton oasis

Des fruits de ma passion

A satiété, je m'en repais

Parcourant ton éden

Je les cueille un à un

Égaré dans les merveilles

De ton jardin de Babylone

 

Tu gémis, je te vois défaillir

Emportée par un tourbillon

Vents de folies dans le coeur

Douces tempêtes de nos corps

 

Le vieux lit demande un répit

En grinçant, fatigué de nos ébats

Rien n'y fait, ce sera pour plus tard

 

Et puis soudain Morphée

S'invite à la fin du concert

Et nous emporte vers des lagons

Sable blanc, matins calmes

Flots bleus, rêves assouvis

J'entends encore tes pas feutrés

 

Texte protégé le 25/08/2017

 

 

Publié dans Poésies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article