Poésie "Théâtre de plein air " par Rémi dit Pilatom

Publié le par Remi Godet

Poésie "Théâtre de plein air " par Rémi dit Pilatom

 

Théâtre de plein air

 

 

 

La ville sort peu à peu de sa torpeur

Les derniers réverbères s'endorment

Enveloppés par le jour curieux

Qui pousse doucement

La nuit vers la sortie

 

Un nouveau spectacle s'annonce

Une Nature qui répète

Inlassablement ses gammes

Et propose chaque jour

Une représentation différente

 

Abonnée fidèle

J'ai pris ma place au plus près

De la fenêtre ouverte

Je touche les planches

De ce théâtre " Au Grand Air "

On y accueille dans l'intimité

Mais sans restrictions

Les profiteurs, et voyeurs du matin

 

Premiers frémissements

Subtiles odeurs

Le rideau est tiré

Au loin sur la mer une ligne

Celle de mes rêves, l'horizon

Rosé, teinté de jaune orangé

 

Le lever du Dieu Râ est proche

Le voici qui s'étire

Pointe son front rougeoyant

Quelques goélands et mouettes

Aux cris rauques

Battent déjà le rappel

Alors que commence le spectacle

 

Le silence nocturne de la ville

Fait place aux premiers figurants

Quelques noctambules jettent

Leurs derniers éclats de voix

Avant de sombrer

Les premiers commerçants s'activent

Des employés pressés avalent

Un petit crème, au café du coin

Dans une ruelle escarpée, là bas

J'entends un bruit saccadé

C'est la collecte des déchets

Le trop plein de la société

 

La Lune qui s'endormait

A mystérieusement disparu

Avec à la suite sa cour d'étoiles

 

Le soleil termine sa toilette

Il en est pourpre

Le ciel change de ton

Et se mire en éclats d'argent

Sur les flots paisibles

 

Un bruit de moteur

Ce bateau qui s'en va

M'emmène au large

Vers des Paradis perdus

 

Là tout près, quelques pies

En livrée d'apparat se livrent

A une bruyante invective

Dispute de la veille

Couvrant le concert matinal

De merles charmeurs qui s'égosillant

Avant d'aller chercher

Leur pitance dans les jardins voisins

Le premier acte se termine

La ville s'anime

 

 

C'est l'heure du café

Des croissants chauds

Une journée entamée

Le temps passé

Les années ne veulent plus

S'arrêter et filent au vent

Je suis rassasiée

 

 

Rémi dit Pilatom 10/07/2017

 

Publié dans Poésies

Commenter cet article