Poésie " Fauve se pavane " par R & R à l'encre sympathique

Publié le par Remi Godet

Poésie " Fauve se pavane " par R & R à l'encre sympathique

 

Fauve se pavane

 

Il l'entendait :

C'était comme un soupir étouffé,

Un appel codé, un jeu ?

Mais lui se voulait charismatique,

Et les jours pluvieux

Il s'appliquait à brouiller les pistes

 

Fauve se pavane,

Elle voulait ses aveux,

Elle le voulait à ses pieds

Tout entier

Elle jouait avec le feu

Au risque de s'y brûler !

 

Au milieu d'une savane

Aux odeurs couleurs fauves

Il se grimait, devenant

Tour à tour, vieux lion en rut

Ou alors superbe et habile guépard

 

Il tricotait le mystère

En rugissant ou feulant

Selon ses humeurs d'Atlas,

Il attendait le beau temps...

 

Elle, se voulait dompteuse,

Maniant le charme et le fouet

Tour à tour guêpe ou folle,

Elle attisait le feu ; elle l'embrassa

Sans attendre le printemps

 

Elle le frôlait sans cesse,

Tantôt hyène, tantôt chatte

Elle se léchait les doigts en minaudant

Ronronnant un appel aux caresses

 

Lui faisait un peu comme si...,

Jouait de l'ombre, un peu macho,

Conscient ou non de son aura.

Il perdit pied cependant,

Cédant aux appels et aux simagrées

De la rusée féline à l'instinct débridé

 

Dans la savane sombre et sauvage,

Un vieux lion, bravache et timide,

Se laissa pourtant prendre au piège

D'une belle affamée !

Quand elle le mordit, à la nuque,

Les arbres se mirent à trembler !

 

Que dire : le vieux roi étant malin et agile,

Il mit ses pattes sur le corps de son adorée :

Avec grand soin, n'oubliant aucun recoin caché

il y déposa ses odeurs, délimitant ainsi un périmètre de sécurité,

Afin que chacun sache que cette panthère aux yeux si demandeurs

Etait chasse-gardée !

 

Ainsi parla le Roi !

 

 

 

© R. & R., à l'encre sympathique, Fauve se pavane , Texte protégé

Publié dans Poésies

Commenter cet article