Poésie "Jeanne ou Christelle " ou l'histoire d'un viol par Rémi dit Pilatom

Publié le par Remi Godet

Poésie "Jeanne ou Christelle " ou l'histoire d'un viol par Rémi dit Pilatom

 

Jeanne ou Christelle

 

Elle pourrait s'appeler Jeanne ou Christelle

Sourire d'un doux printemps, fleur fragile

Courant le guilledou, vêtue de dentelle

Insouciante innocence, belle et gracile

 

Une jeunesse comme les autres sans doute

Respirant l'air du large, ornant sa chambre

De posters préférés des stars qu'elle écoute

Du matin au soir, de janvier à décembre

 

Elle aurait dû connaître les premiers frissons

Un béguin chagrin, les taquineries sottes

De béjaunes, crête hérissée, polissons

Voulant s'affranchir de contraintes vieillottes

 

Elle les a imaginé à sa fenêtre

Les maux et souvenirs tourmentent son ventre

Elle est passé à côté, mètre par mètre

De ces années ou l'avenir se concentre

 

Pour devenir femme, épouse, une mère

Vivre comme ses amies, à qui elle n'a rien dit

Gardant dans ses entrailles, cette douleur amère

Se sent sale, s'imagine qu'on la répudie

 

Depuis vingt ans elle se mure de silence

Elle vous fait un rire triste et fugace

Victime acceptant la cruelle sentence

Coupable aux yeux de la bonne populace

 

D'être une traînée, la putain sans remords

Avec l'ignoble parent d'à côté, violeur

Celui qui a droit de vie, et surtout de mort

Bête immonde, sangsue, vampire du malheur

 

Sa vie, un plat fade sans odeur, sans saveur

Seule avec pour compagne cette intense douleur

Jeunesse souillée, d'un salopard dépuceleur

Aux mains tachées du crime, patenté jouisseur

 

Les braves complices gardent le lourd secret

Le nez bas dans leurs chaussures ridicules

La justice, un jour de lumière discret

Viendra lui tordre ses affreux testicules

 

Rémi dit Pilatom texte protégé 10/05/2017

Publié dans Poésies

Commenter cet article